Rolls-Royce

Après avoir monté sa première officine de mécanique, Henri Royce construit, en 1902, sa première automobile à Manchester.

En 1904, il s'associe à l'aristocrate Charles Rolls pour fonder l'Entreprise Rolls-Royce, puis la Société Rolls-Royce, transférée à Derby en 1906.

Entre 1904 et 1906, dix-neuf voitures à moteur deux-cylindres, de 2 litres sortent des usines, suivies de quelques exemplaires à moteur trois-cylindres de 3 litres et de la 30 HP, construite à trente exemplaires.
Présentée avec une superbe carrosserie en aluminium, la treizième voiture de la série, la Silver Ghost "Fantôme d'Argent", écrit la légende en parcourant 15 000 miles entre le 1er juillet et le 8 août 1907 sans aucune panne mécanique.

Viendra ensuite le modèle 40/50 ch animé par un moteur six-cylindres en ligne de 7 litres, porté à 7,4 litres en 1910 dont 6 220 exemplaires seront produits.

 

Le 12 juillet 1910, Charles Rolls se tue dans une démonstration aérienne.

 

Une plus modeste 20 ch, animée par un moteur six-cylindres de 3,1 litres est vendue à 2 890 exemplaires. En 1929 la 20/25 lui succède.

Entre 1921 et 1931, une usine à Springfield, dans le Massachusetts, produira 1 700 Silver Ghost avec des particularités exclusives pour les clients américains...

En 1931, Rolls-Royce achète Bentley, en difficultés financières dues à la Grande Dépression.

 

Henri Royce meurt en 1933 mais il aura encore conçu le moteur Merlin qui équipe notamment le chasseur Supermarine Spitfire.

 

L'usine est transférée à Crewe en 1946 et désormais l'usine construit ses propres carrosseries alors qu'auparavant ce n'était que le châssis. Les carrosseries de série (appelée Standard Saloon) sont fabriquées en tôles embouties, le reste des opérations demeure artisanal.
D'autres modèles restent fabriqués à la main, majoritairement en tôle d'aluminium.

Aux célèbres Silver Ghost et aux prestigieuses Phantom ont succédé les Silver Dawn, Silver Cloud et l'illustre Silver Shadow à carrosserie monocoque et suspension hydropneumatique. En 1975, nait la Rolls-Royce Camargue, carrossée par Pininfarina.

Le fabricant britannique d'équipement militaire Vickers achète la société en 1980. C'est à cette époque que sortent les Silver Spirit (version courte) et Silver Spur (version longue) qui remplacent les modèles Shadow.

Les principes fondateurs de la marque, édictés par Henry Royce, étaient simples : "Chercher la perfection en tout. Prendre le meilleur de ce qui existe et l'améliorer. Et quand rien n'existe, le concevoir" !
Spirit of Ecstasy, le fameux bouchon de radiateur de la marque créé en 1911 par l'artiste anglais Charles Sykes, représentant une jeune femme les bras déployés et la robe flottant au vent, est un joyau de l'art nouveau.
On remarquera également la forme particulière des calandres, s'inspirant de l'architecture des temples grecs. En 2011, pour célébrer le centenaire de la mascotte, plusieurs événements sont organisés dans le monde, dont notamment un grand tour de Londres avec des Rolls-Royce de toutes les époques...

 

En 1998, Vickers, propriétaire de la marque, décide de vendre Rolls-Royce Motors. BMW, qui fournit déjà des moteurs et d'autres pièces pour les voitures Rolls-Royce et Bentley est intéressé, mais son offre finale de 340 millions de livres sterling est battue par Volkswagen, qui offre 430 millions. Volkswagen acquiert ainsi les ateliers de montage de Crewe, les droits sur l'emblème Spirit of Ecstasy et sur la forme typique de la grille de radiateurs, ainsi que la marque Bentley, mais n'est toutefois pas propriétaire de la marque "Rolls-Royce" ni du logo "RR".
En effet, une stipulation dans les documents de propriété de Rolls-Royce imposait que Rolls-Royce plc, qui fabrique les moteurs d'avions Rolls-Royce, conserverait le nom et le logo  si la division automobile était vendue, et Rolls-Royce plc choisit de céder une licence non à Volkswagen mais à BMW, avec qui elle venait de conclure des contrats, pour 40 millions de livres.
Les deux marques allemandes se retrouvent donc chacune avec une partie seulement des droits nécessaires pour construire une voiture Rolls-Royce telle que l'attendaient les clients.

BMW et Volkswagen arrivèrent à une solution : de 1998 à 2002, BMW devrait continuer à fournir des moteurs pour les voitures (assemblées par VW) et devrait permettre l'utilisation du nom, mais cela cesserait le 1er janvier 2003, date à laquelle, seul BMW bénéficierait du nom "Rolls-Royce", et la division Rolls-Royce/Bentley de Volkswagen ne vendrait plus que des voitures sous la marque Bentley.

 

 





      

 Ce Site utilise des cookies, en continuant à naviguer, vous les acceptez

# | A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z


RETOUR ACCUEIL   -   RETOUR INDEX ROLLS-ROYCE